Menu Casalys
La digestion du cheval : éviter les troubles digestifs

La digestion du cheval : éviter les troubles digestifs

Le cheval est un herbivore monogastrique, autrement dit, il ne possède qu’un seul estomac contrairement à d’autres herbivores ruminants. De ce fait, le cheval mange de petites quantités mais très souvent car il consacre environ 15 à 19 heures par jour à s’alimenter.

 

Chevaux_au_pré_en_train_de_brouter_troubles_digestifs_chevaux

 

La digestion du cheval est donc une caractéristique très importante à prendre en compte pour la santé de votre cheval. Tout comme les humains, l’intestin du cheval est un organe très important et nécessite qu’on y prête attention. En effet, on dit très souvent que « tout le cheval est dans son intestin ».

 

Chez le cheval, la santé digestive est primordiale. Le système digestif du cheval est adapté à une ingestion lente et est conçu pour brouter en continu afin de maintenir le système digestif en fonctionnement normal. Les troubles digestifs sont courants chez le cheval et peuvent faire grandement souffrir votre animal.

 

Une mauvaise digestion du cheval peut entraîner des maladies d’origine alimentaire dont les principales maladies sont les ulcères gastriques, des coliques et des diarrhées. Quels sont ces troubles digestifs et comment peut-on essayer de les éviter au maximum ? Nous allons répondre à toutes ces questions !

 

1er trouble de la digestion du cheval : Les ulcères

 

Le premier trouble qui apparaît dû à une mauvaise digestion chez le cheval est l’ulcère gastrique. L’ulcère gastrique se caractérise par une détérioration de la muqueuse de l’estomac du cheval à cause d’une quantité d’acide gastrique en augmentation. C’est un trouble digestif particulièrement douloureux pour le cheval.

 

Aujourd’hui, ce trouble de la digestion est très répandu chez les chevaux de sport, de courses et même de loisirs, allant de 17 jusqu’à 87% des chevaux selon la discipline. Certaines choses peuvent prédisposer les chevaux aux ulcères gastriques : manque de fibres dans le programme alimentaire, une ingestion excessive d’amidon, nombre de repas par jour limité, voyages fréquents, stress du cheval…

 

On reconnaît l’ulcère à cause de différents symptômes. Les symptômes classiques comprennent la perte d’appétit, la difficulté à maintenir du poids / perte de poids, les changements de la fourrure, un mauvais comportement, une sous-performance et la mastication du bois. Cependant, les symptômes varient d’un cheval à un autre. La seule manière de diagnostiquer des ulcères chez le cheval est par une gastroscopie. 

 

Afin de minimiser le risque d’ulcères, il existe plusieurs précautions à prendre :

  • Distribuer un minimum de fourrage 1,5 à 2,5 kg par 100 kg de poids vif du cheval distribué en plusieurs repas dans la journée
  • Veiller à bien respecter les transitions pour que son organisme s’habitue au nouvel aliment
  • Veiller à ce que votre cheval dispose d’eau propre à volonté.  
  • Faites attention à l’ordre de distribution (fourrages avant les céréales) et éviter les périodes de mise à jeun.  
  • Enfin, respecter au minimum une sortie par jour et veillez à la qualité de la litière.  

 

 

2ème trouble de la digestion du cheval : Les coliques

 

 

Le second trouble de la digestion chez le cheval est la colique. Les coliques se définissent comme de très violentes douleurs abdominales. La colique est une réalité très redoutée par les propriétaires de chevaux qui n’est pas toujours évitable. En effet, les coliques représentent la première cause de mortalité chez le cheval. Il existe un certain nombre de facteurs favorisants ces troubles digestifs comme l’ingestion de sable, le parasitisme, le stress…  C’est pour cette raison qu’il faut être particulièrement vigilant à son comportement.

 

Le comportement du cheval va être l’indicateur de son niveau de santé. Plus la douleur sera intense, plus le cheval sera mal en point. Lorsque la douleur apparaît, le cheval peut gratter le sol, avoir un manque d’appétit ou se coucher plus longtemps que d’habitude. Si la douleur s’intensifie, le cheval peut être agité et se taper le ventre ou à l’inverse rester couché. Si vous voyez votre cheval énormément transpirer et se rouler par terre c’est que la douleur lui est insupportable.

 

Bien que les chevaux semblent prédisposés aux coliques en raison de l’anatomie et du fonctionnement de leur tube digestif, la gestion peut jouer un rôle clé dans la prévention. 

 

Voici quelques mesures qui peuvent être appliquées : 

  • Assurer de l’eau propre et fraîche disponible à tout moment. 
  • Distribuer un régime de haute qualité composé principalement de fourrage. 
  • Fractionner la ration en plusieurs repas par jour. 
  • Etablir une routine quotidienne et la respecter. 
  • Faire toutes transitions alimentaires progressivement. 
  • Établir un programme régulier de contrôle des parasites avec l’aide de votre vétérinaire équin. 
  • Ne pas distribuer les aliments sur un sol sableux. 
  • Utiliser une litière de bonne qualité

 

Si vous soupçonnez des coliques chez votre cheval, contactez votre vétérinaire au plus vite.

 

 

3ème trouble de la digestion du cheval : Les diarrhées

 

Le troisième trouble de la digestion du cheval est la diarrhée. La diarrhée peut être sans grandes conséquences à grave à cause d’une déshydratation sévère. Effectivement, on peut observer deux types de diarrhées :

  • Les diarrhées aiguës qui apparaissent soudainement
  • Les diarrhées chroniques qui persistent dans le temps

 

En cas de diarrhée aigüe et prolongée (voire avec de la fièvre), contactez votre vétérinaire. La cause de la diarrhée chez le cheval est diagnostiquée dans moins de 50% des cas. Cependant, on recense plusieurs raisons qui favorisent la diarrhée comme des changements d’alimentation brutale, une surutilisation des antibiotiques (NSAIDS), un changement de température ou bien la surconsommation des concentrés…

 

Pour éviter ces troubles de la digestion du cheval, il faut bien suivre les règles des bonnes pratiques : 

  • Veillez à faire des transitions en douceur pour que son organisme s’habitue au nouvel aliment, y compris la mise à l’herbe (surtout au printemps)
  • Veillez à faire des apports de fibre en continue, et limiter des apports trop importants en amidon

 

La gestion du programme d’alimentation de votre cheval pour maintenir la santé digestive contribue grandement à prévenir les ulcères et les coliques. Les fibres doivent constituer la majorité de la ration chez le cheval afin d’assurer une bonne santé digestive.

 

 

Conclusion

 

Si vous avez des doutes concernant l’état de santé de votre cheval, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire équin rapidement. Si des troubles de la digestion resurgissent couramment, il est sûrement nécessaire de modifier le programme alimentaire de votre cheval car cela traduit qu’il ne lui convient pas. Si vous avez besoin de conseils, vous pouvez vous rendre dans nos points de vente ou bien contacter nos conseillers techniques.